Sarenza.com le blog » Happening street par Manish Arora

Happening street par Manish Arora


Le grand final du défilé Manish Arora. Crédits photos: Anabelle Assedo.

On peut toujours compter sur le créateur made in Bollywood, Manish Arora pour tirer les matins brumeux de leur torpeur. Dans une atmosphère arty et électrique, le designer indien a conçu son défilé comme un grand happening dans le plus pur style new-yorkais. Convié sur les bords de Seine, entre les murs bétonnés de l’IFM (l’Institut français de la Mode) et les vapeurs des bombes de peinture, le public modeux a assisté à un spectacle haut en couleur : en guise de décor, un collectif de graffeurs en capuche s’est exécuté sur le podium, en réalisant une fresque géante sur un grand mur blanc.

blublu

Telle une vestale, le premier mannequin du défilé fait sensation dans sa robe rebrodée de lière et de fleurs de cerisiers... Crédits photos: Anabelle Assedo.

...avant de venir s'asseoir au premier rang du défilé pour contempler le spectacle. Crédits photos: Anabelle Assedo.

Pour son show, celui qu’on appelle dans le milieu, le « Galliano from India », campe des amazones urbaines , et mêle les influences fifties de ses grandes jupes en cercle multicolores, aux silhouettes graffiti du début des années 80, avec toujours cette fantaisie baroque et galopante qui a fait son succès : robes en velours imprimé brique, décorées de fleurs grimpantes, motifs hologrammes, mix d’imprimés… La bonne humeur et les couleurs s’emparent du catwalk !

Crédits photos: Anabelle Assedo.

 

La robe de bal et son manchon prennent des couleurs pop. Crédits photos: Anabelle Assedo.

Passé maître dans l’art de briser les codes, Manish Arora, par ailleurs directeur artistique de la maison Paco Rabanne, fait le pont entre réminiscences rétro et techniques futuristes avec virtuosité.

Crédits photos: Anabelle Assedo.

On adore le long jupon color-block dédramatisé par un tee-shirt imprimé. Crédits photos: Anabelle Assedo.

Ainsi, si les silhouettes rappellent les coupes New Look, le créateur revisite la décennie Mad Men en lui donnant un sérieux coup de jeune à grand renfort de couleurs chatoyantes et d’imprimés aussi pop qu’inventifs : bouches clopeuses, branches fleuries de cerisier, et surtout, l’imprimé brocart (tendance forte de la saison), mais en version iridescente et en 3D s’il-vous-plaît!

Le motif à bouches clopeuses envahira-t-il nos placards à la saison prochaine? Crédits photos: Anabelle Assedo.

 

La robe à hologramme se brode d'un volant de fourrure dans un choc de couleurs vibrantes. Crédits photos: Anabelle Assedo.

Le brocart revisité en hologrammes par Manish Arora. Crédits photos: Anabelle Assedo.

 

Pour ses bottines-bijoux, le créateur a fait appel à deux ténors de la cordonnerie, puisque la maison Pollini s’est alliée au chausseur star Nicholas Kirkwood. Avec leur bout open-toe et leur robe délicate entièrement rebrodée de strass, elles rythment d’un pas précieux la bande originale du défilé (Quayside Synthesis des Chemical Brothers).

Lors du bouquet final, les mannequins paradent dans des robes graphiques, dont les couleurs éclatantes viennent s’accorder à celles de la frise murale, dans un feu d’artifice chromatique . Une fois encore, la mode témoigne son amour pour l’art. La vie est belle !

Tags: bollywood, défilés, Fashion Week

Ils ont commenté

  1. #1 the parisienne:

    je suis une inconditionnelle, et plus chaque jour !

Je commente

*

Saisir votre commentaire :