Sarenza.com le blog » FILM SHOE SHOE / BARBARELLA

FILM SHOE SHOE / BARBARELLA


Novembre, la pluie, le froid… Pas de doute, c’est le mois de la botte ! Cette semaine, la botte spatiale est à l’honneur, avec Barbarella, guerrière galactique.

Source : http://geektyrant.com/news/2012/6/20/drive-director-nicolas-refn-developing-barbarella-tv-series.

Nous sommes en l’an (plus ou moins) 40 000. Le monde est super peace, car la guerre a été éradiquée.

Dans cet univers fort relaxant, Barbarella est une gentille Terrienne qui ne connait ni la violence ni la pudeur. Elle sillonne tranquillement l’univers, dans une navette tapissée d’une superbe moumoute maronnasse.

Mais le Président de la Terre lui révèle que l’infâme Durand Durand (aucun lien, fils unique) a construit un rayon positronique et compte s’en servir comme d’une arme.

Source : http://www.videovangaurd.com/2012/08/retro-review-barbarella-1968.html

Il missionne donc Barbarella pour arrêter le fauteur de trouble. Ni une ni deux, notre héroïne enfile un justaucorps transparent à cape argenté et part à l’aventure.

Elle rencontrera plusieurs créatures étranges dont un ange en slip qui la prendra en amitié (et qui lui servira d’avion de chasse). Son nom est Pygar et il ressemble à un mannequin de pub pour déodorant :

Source : http://wearemoviegeeks.com/wp-content/top10_jplaw.jpg

Celui-ci l’emmène à Sogo, la ville de Durand Durand. Et non seulement les habitants sont franchement mal-aimables, mais en plus, la ville est envahie par Mathmos, un démon liquide qui aspire la vie des gentils et qui nourrit la force de Durand Durand.

Source : http://www.parismatch.com/Culture-Match/Cinema/Photos/Dix-films-cultes-produits-par-Dino-De-Laurentiis/Barbarella-Roger-Vadim-1968-224885/

“C’est le pompon !” pense Barbarella  en mettant son plus beau body kaki et ses bottes à revers.  Car quand on est la Reine de la Galaxie, on ne laisse rien au hasard. Pour déjouer un complot, il faut ce qu’il faut : brushing volumineux, tenues moulantes et chaussures de mousquetaire de l’espace.

Source : http://collider.com/nicolas-winding-refn-barbarella-tv-series/174543/

Allez, enfile donc ces bottes de l’an 40 000. Elles sont parfaites pour aller chercher son pain en soucoupe volante.

 

Croisette, d’EDEN

Indi, de JONAK

Tags: barbarella, bottes, jane fonda

Je commente

*

Saisir votre commentaire :