Sarenza.com le blog » Dressing Perché / Delphine Huguet

Dressing Perché / Delphine Huguet


_DSC2902

Un dressing. Des chaussures. Une fille qui en a sous le talon.

C'est dans le terreau maulois qu'on fait pousser les meilleures graines… Et si je vous parle de Maule, le village de mon enfance, blotti au creux de la campagne yvelinoise, ce n'est pas pour vous bassiner avec mes digressions nostalgiques, mais pour vous parler de ma voisine, designer culinaire : Delphine Huguet Flying Food Artist, au talent galopant et à l'imagination véloce.

Desginer culinaire, kézaco?

_DSC2926

C'est le design appliqué à l'assiette, les aliments comme support à la créativité, l'art de créer du beau à manger. Les designers culinaires (Food designer en VO) conceptualisent l'intérieur de nos placards, frigidaires et potagers, pour réviser notre acception de l'objet-aliment. Un menu gastro? Oui, mais lyophilisé sur des feuilles de papier comestible. Une paire d'haltères, mais en brioche… c'est un peu comme le laboratoire fou du chocolatier Willy Wonka, sauf que ça existe vraiment.

Encore balbutiant, le métier de designer culinaire n'est représenté que par une dizaine d'acteurs dans le monde. Mais le talent de Delphine Huguet n'a pas fini de faire des émules. Les australiens ne s'y sont pas trompés puisqu'ils ont sélectionné ma sémillante voisine, figurant ainsi parmi les 25 derniers finalistes - sur 45000 candidat – au Best Job In The World dans la catégorie Food Trooter.

Sarenza: Comment on devient designer culinaire?

_DSC2978

La collection de nu-pieds en cuir de Delphine, rapportée d'un voyage au Brésil.

Delphine Huguet: J'ai d'abord fait les Beaux Arts de Reims. Puis, je suis entrée à l'ESAD de Reims(l'Ecole Supérieure d'Art et de Design). Au moment de choisir mes spécialisations, mon copain m'a parlé d'ateliers culinaires -le design culinaire n'en était alors qu'à l'expérimentation- :” Il y a un Workshop sur le design et le chou, ça devrait te plaire!”. ça m'a plu. Sortie de l'Ecole, j'ai ensuite voyagé pour réfléchir à l'orientation que je voulais donner à mon approche de l'art. Je suis rentrée designer culinaire!

 S: Que dis-tu aux gens pour expliquer ton métier?

D: Quand j'essaie d'expliquer mon métier, on me demande d'abord : “Tu dessines des assiettes?” ou “Tu mets des poulets rôtis sur des assiettes?” … je finis toujours par répondre “Va voir mon site!”. Les images parlent plus vite que les mots.

S: Tu te sens plus artiste ou cordon bleu?

_DSC2971

L'assiette de steack-frites, Delphine, elle préfère l'accrocher au mur!

D: Plus artiste. Je n'envisage jamais un projet comme une recette, mais comme une véritable démarche artistique, sauf que mes supports d'expression sont comestibles. Je pense l'assiette en tant que concept.

S: Tu leur demande quoi, à tes chaussures?_DSC3018

D: Généralement, les chaussures qui ont suscité chez moi le plus d'interrogations sont celles que j'ai le plus portées! Mon œil est immédiatement happé par une couleur qui détonne. Et il arrive souvent que mes amis regardent mes pieds en laissant échapper un “ah ouais quand même !”

S: A plat ou perchée?

_DSC2949

D: Plutôt à plat. Les talons, c'est pour mes événements… et pour séduire les garçons!

online essay

S: Tu mets quoi dans ta valise pour partir globe-trotter?

_DSC2960

Baptisées “plateau-bitch” par ses amis montréalais, les compensées de Delphine sont réservées aux événements branchés.

Du plat et du confort avant tout. Et je ne me sépare jamais de mes petites boots Anniel aussi confortables que des chaussons. Je les porte tellement que j'ai fini par les user, j'ai dû les apporter chez mon cordonnier pour qu'il leur refasse le derrière ! En revanche, j'ai grandi. J'en ai marre des road-trips-sac-à-dos. Maintenant, quand je pars, je m'équipe d'une grande valise et j'y glisse pas moins de 5 paires de chaussures, dont une paire de talons!

_DSC3003

Masque cochon, chapeau-frites, makis de porcelaine… Delphine ne rate jamais l'occasion de rapporter des gadjets nippons de ses voyages au Soleil Levant!

D: Il y a évidemment mes “chaussures de marché”… mais celles qui ont  récolté le plus grand nombre de regards dubitatifs dans la rue restent mes chaussures de maçon japonais avec les orteils séparés en deux partie, comme une patte de dromadaire. Le plus bizarre, c'était cette semelle ultra souple et fine qui me donnait l'impression de marcher pieds nus en sentant tous les reliefs du sol!

S: La paire que tu n'as jamais portée?

D: J'ai tendance à donner ce dont je ne me sers pas. Je ne m'entoure que de choses que j'aime!

_DSC2939S: Celle qui laisse ton jules perplexe?

D: Mes Spring Court vertes fluos qui sont pourtant mes chaussures fétiche! Mon copain ne comprend absolument pas le fluo. Il est montréalais, ça lui rappelle immanquablement la mode -tragique- des années 90, et plus particulièrement un pantalon entièrement fluo que sa mère lui avait fait pour qu'il soit “cool”. je crois que ça l'a traumatisé!

S: Et si tu devais imaginer des chaussures comestibles pour un de tes projets, elles ressembleraient à quoi?

D: Ce serait quelque chose de rustique et de salé. je pense que je réaliserais quelque chose à base de pain. Ce ne serait pas des chaussures fines, mais des Birkenstock!

S: Tu te mets (sérieusement) aux talons le jour où?

D: Dès que je me mets sérieusement à la vie parisienne!

_DSC3038

Crédits photo: Catalina Sour Vasquez.

Pour retrouver les créations culinaires de Delphine Huguet, c'est ici!

765qwerty765
Tags: blog, bloggeuse, chaussures

Comments are closed.